Nombre total de pages vues

mardi 31 janvier 2012

La valorisation et le respect des aspects environnementaux


Nous continuons ce blog en diffusant un article écrit par un partisan du port, fin connaisseur des ports. 

 La lecture du dossier du port montre l’effort important réalisé au cours de l’étude pour prendre en compte la sauvegarde de la flore et de la faune et les mesures prévues par la municipalité :

- Passation d’un marché pour un lot entier (le lot 4) consacré  à la plantation d’arbres. Mesure de protection de la zone humide pendant les travaux.
- Déplacement et réimplantation d’espèces protégées.
- Autres…


Selon le rapport ECNI de Juin 2009, la plaisance génère très peu de pollution pour différentes raisons:

La lutte contre la pollution est bien prise en compte dans le projet de port par la mise en place de la zone de carénage avec récupération des polluants, des pompes de récupération des eaux noires et grises et des eaux de cales.

La pollution par les hydrocarbures est faible lors des mouvements de bateaux qui ne durent que quelques minutes à la sortie et à l’entrée du port et qui se font à vitesse et puissance réduites.

la pollution par les eaux usées est pratiquement supprimée par la mise en place de caisses à eaux noires et de produits détergents biodégradables à 90% : il faut aussi considérer que le temps d’occupation des bateaux est quasi nul pour les petites embarcations et faible pour les unités plus importantes avec des propriétaires de plus en plus sensibilisés aux pollutions qu’ils peuvent occasionner.

- Il est possible, à travers l’exemple de la Rochelle et du port des Minimes certifié dans son intégralité ISO 14001, de réaliser maintenant des ports de plaisance respectueux de l’environnement.



lundi 30 janvier 2012

La retranscription de la commission d'enquête concernant la lettre de M. le Maire


 Suite à la diffusion sur le blog des opposants au port de la lettre de M. le Maire adressée au président de la commission d'enquête, nous vous proposons une comparaison de cette lettre avec la retranscription qu'en a faite la commission d'enquête. La retranscription est disponible sur le site de la préfecture. Nous vous les donnons en image et en fichier pdf.

Comme vous pouvez le constater, quelques incohérences existent, laissant sous entendre des propos à M. le Maire. Il est donc préférable de comparer ces documents.





La commission écrit que M. le Maire "rappelle la chronologie des étapes et ce que furent les engagements de la municipalité, soit un port se réalisant: sans programme immobilier, sans augmentation de la fiscalité et sans impact environnemental lourd". Cette rédaction laisse sous entendre que la municipalité voulait absolument un port, et qu'elle respecterait ces 3 éléments. Or, M. le Maire précise bien que "pour voir le jour, le port devra se réaliser sans programme immobilier, sans augmentation de la fiscalité et sans impact environnemental lourd". L'élément majeur ici est que si, après des études, ces éléments n'étaient pas respectés, alors la municipalité aurait abandonné l'idée de construire un port. Etant donné que ces éléments étaient parfaitement réalisés, la ville a donc mené ce projet, et a été confirmée lors de différentes consultation, concertations, élection. La consultation de 2003 a été un élément important dans le projet. Si les Brétignollais l'avaient refusé alors le projet aurait été abandonné. C'est cela que M. le Maire appelle l'exemplarité démocratique, et on comprend bien pourquoi avec cette lettre.






M. le Maire parle en effet dans sa lettre des opposants. Cependant, il considère qu'il existe 2 catégories d'opposants: ceux qui "par nostalgie, par intérêt financier (propriétaires concernés), ou parce qu'ils n'aiment pas les ports et ne veulent pas que Brétignolles sur Mer change, sont contre le port". Ces personnes là ont "le plus grand respect du conseil municipal". En effet, la majorité des opposants à ce projet "ont conscience que la majorité des Brétignollais souhaite sa réalisation. Ils reconnaissent que le projet a été validé à plusieurs reprises. En clair, ils respectent la démocratie". Les relations entre ces opposants et la municipalité sont très bonnes. Ces personnes là ne sont pas évoquées dans la retranscription de la Commission, qui se contente de ne parler que des "opposants" en général, et notamment "Mr d'Audiffret". Ainsi, selon la commission, M. le Maire se plaint de ces personnes qui "le detestent et font preuve de haine et de rancune à son encontre". 



Cette remarque n'était évidement adressé qu'à la 2ème catégorie de personne, minoritaire parmi les opposants, emmenée par l'association "La Vigie" et pilotée par "Olivier d'Audiffret". Et il est vrai, en constatant l'expression de cette minorité, notamment sur le blog des opposants, que ces personnes detestent M. le Maire. Ils ne s'en cachent pas, que ce soit l'auteur du blog, ou encore dans les commentaires. Le conseil municipal ainsi que les "partisans du port" seraient des "opportunistes locaux qui portent un projet économique et financier devant servir principalement des intérets particuliers". Il faut tout de même savoir que la spéculation sur les terrains autour du port ne pourra être mise en place que par des opposants au port, qui detiennent ces terrains, et non par M. le Maire qui n'en détient aucun.








La commission continue en expliquant que M. le Maire "décrit les différents actes politiques de sa municipalité", et que ces arguments, sans rapport avec le projet n'ont pas été analysés. Or il n'y décrit aucun acte politique de sa municipalité, mais argumente seulement ses propos sur l'opposition.








La commission rajoute que M. le Maire a "fait des reproches au président de la commission d'Enquête". On s'aperçoit en fait que M. le Maire n'exprimait qu'une impression qui n'est pas du tout un reproche, mais constitue un apport d'éléments constructifs. Il expliquait la démarche démocratique du projet de port qui lui semblait être oubliée par la commission. On s’aperçoit qu'il n'y a aucun reproche car M. le Maire ainsi que le conseil municipal ont remercié et félicité les commissaires pour leur temps consacré à l'enquête.
Cette enquête publique n'était que la consécration de 10 ans de travail, et la récompense d'un travail bien fait, avec la participation des habitants.




Le choc a été rude, pour M. le Maire, pour le conseil Municipal ainsi que pour la très grande majorité des Brétignollais qui veulent ce port. Nous avions confiance dans cette commission, et pensions bêtement qu'elle ferait son travail en toute impartialité, avec toute la technicité qui devait être la sienne. Or nous n'avons eu que des erreurs, des contradictions, des éléments à charges non justifiés, ce qui a permis à l'opposition de critiquer ce projet pourtant soutenu par une nette majorité de la population.

Nous avons décidé de publier cette lettre pour montrer que ce projet a en effet été porter par M. le Maire et le conseil Municipal, mais avant tout voulu par la population. Si la population avait dit non à la consultation , e port n'aurait pas eu lieu. Cela avait été dit. N'oubliez pas que cette consultation au cours de laquelle les brétignollais ont soutenu le projet de port est inédit en France, les autres consultations, dans d'autres villes ayant échoué. La volonté des Brétignollais était et est toujours aussi forte afin de défendre leur port.

C'était tout le sens de la lettre de M. le Maire.


samedi 28 janvier 2012

La mer à la campagne !

Ce slogan qui est remis en cause dans l’enquête d’utilité publique (page 9) trouve là une belle illustration. Où étaient les opposants d'aujourd'hui quand les projets « Ferinel », ou ici du « Camping des Dunes », ont vu le jour. Sans doute étaient-ils alors du côté des partisans. Ce n’est un secret pour personne.

Camping des Dunes

Chacun appréciera la dimension environnementale de ces ouvrages. Pas une molaire de mammouth ne sera venue perturber ces belles réalisations, et on voudrait nous faire croire que cet animal préhistorique aurait choisi le lit de la rivière de la Normandelière pour mourir.

Que dire de la belle balade en vélo qui longe ce camping ? Pour les Brétignollais qui veulent profiter des pistes cyclables de la forêt d’Olonne voisine, c’est un passage incontournable. Ils sauront vous dire à quel point ce passage est « sûr et agréable » ... !

Le projet du port prévoit la réalisation d’une piste cyclable fort décriée dans les rapports de la commission d’enquête. En effet, le projet propose 1,5 km de piste complémentaire pour contourner le port. Consternant n’est-ce pas ? Au parcours dominical des amoureux de la marche et du vélo viendra s’ajouter 1,5 km « d’effort ». Par avance nos excuses à nos amis sportifs !

Elle ne sera pas belle la balade ?


jeudi 26 janvier 2012

Les points positifs indiscutables


Rappelons-nous des POINTS POSITIFS que la commission d'enquête a été forcée de relever :

Cette "liste" n'est pas exhaustive, il s'agit juste de recadrer la vérité.
Plus on étudie les conclusions, plus on constate que les arguments sur lesquels la commission d'enquête a fondé ses avis sont subjectifs.
Ces avis subjectifs sont totalement respectables lorsqu'il s'agit de citoyen, mais totalement inacceptables venant de commissaires enquêteurs!

Bonne lecture, bon courage, la vérité est ici:

  • "5 607 avis sont pour1 842 avis sont contre le projet" (page 6 de la DUP)
  • "Le site du projet de création d'un port .... ne pourrait être qu'à la Normandelière". (page 10 de la DUP)
Ainsi tous les opposants qui imaginent une réalisation à la Gachère ou à la Sauzaie se trompent. La Normandelière n'est justement pas en Natura 2000, ce qui prouve bien que ce n'est pas le site le plus exceptionnel de notre commune.
  • "La partie terrestre où serait le bassin portuaire a été choisie sur l'ancien ruisseau de la Normandelière" (page 10 de la DUP).
Il s'agit donc bien d'une implantation dans un site naturel et non pas artificiel.
  • "Ces mesures compensatoires concerneraient les milieux humides et aquatiques, mais elles permettraient aussi d'atténuer les effets du projet sur la faune" (page 11 de la DUP)
Les mesures compensatoires sont prévues, elles ne seront sans doute jamais suffisantes pour certains. On ne peut pas nier cependant la volonté de la commune de résoudre ces difficultés.
  • "La Commission d'enquête estime que si toutes les conditions financières favorables à la réalisation du port ... , étaient réunies, il serait alors possible et réaliste de croire aux créations d'emplois et d'entreprises espérées, au développement économique de la commune" (page 15 de la DUP)
Comme nous l'avons démontré avec les erreurs (volontaires?) du bilan financier du port, ce projet est viable, rentable, même dans l'hypothèse la plus pessimiste des commisssaires.
Le seul risque pour la fiscalité des brétignollais est qu'elle diminue !
  • "L'aspect financier de tout projet soumis à "Déclaration d'Utilité Publique" est un élément majeur de "l'Utilité Publique" qui est pris en compte dans "la théorie du bilan", afin d'établir si le projet est, ou n'est pas d'utilité publique" (page 16 de la DUP)
Il y a bien confirmation que l'aspect financier est le point capital pour la déclaration d'Utilité Publique aux yeux des commissaires enquêteurs.
  • " Un projet est d'utilité publique lorsqu'il sert l'intérêt général au profit de la somme des intérêts particuliers" (page 21 de la DUP)
Nous sommes tout à fait d'accord! L'intérêt général du port n'est pas celui des seuls plaisanciers comme veulent le faire croire les opposants, mais celui des 5 607 avis favorables au projet.
Les intérêts particuliers sont plutôt les 25% d'avis défavorables! Le projet semble donc logiquement par définition d'utilité publique....
  • "le port redynamiserait la commune, ... ,constituerait, bien sûr, un abri-côtier et une escale entre Saint-Gilles-Croix-de-Vie et les Sables d'Olonne...... La plage ne disparaîtra pas " (page 21 de la DUP)
  • "Le port à flot a paru correspondre le mieux au besoin pour les plaisanciers et être une source d'attrait potentiel pour Brétignolles" (page 22 de la DUP)
Cela a le mérite d'être clair ! Il s'agit d'un atout supplémentaire pour notre commune.

mercredi 25 janvier 2012

Critique de l'analyse environnementale de la Commission d'enquête


Après avoir analysé les conclusions de la commission d'enquête relative à l'utilité publique, nous allons désormais analyser l'aspect environnemental. Là aussi, beaucoup de points sont facilement contestables. Nous entrons dans le fond du dossier, les aspects techniques, un peu lourd et ennuyeux, mais il est très important de se rendre compte que la commission enchaîne les approximations, les erreurs et les contradictions.

Concernant l'Avis de la DREAL il peut y avoir débat sur l’aspect environnemental. Evidemment que l'environnement sera impacté, mais les mesures compensatoires très présentes dans le dossier vont atténuer ces effets.  

Atteinte générale à l’environnement :
o   comme nous l’avons signalé, le port se situe dans les terres et suit le lit NATUREL du ruisseau de la Normandelière. Ceci permet la meilleure intégration environnementale et paysagère possible et le moins d’impact sur le milieu marin. Il y aura bien une modification paysagère mais POSITIVE.
o   L'urbanisation sera quasi nulle hormis les infrastructures directement liées au port (ce que reproche la commission pages 13 et 14 des conclusions sur l'utilité publique)
o   Sanctuarisation de 53 ha et seulement 27 ha « construits »
o   La ceinture verte est une garantie de préservation
o   L’appellation « la mer à la campagne » en sera plus renforcée !
o   Disparition des tracteurs entraînant moins de pollution
o   La dune sera reconstituée et augmentée en volume
o   Le bassin de baignade sera aux normes européennes

      Développement environnemental durable :
o   La ferme de la Normandelière est prise en compte. Des propositions concrètes ont été faites : indemnisation, échange de terres… Qu’en serait-il de l’avenir de la ferme « BIO » entourée de pavillons plutôt que de 50 ha de verdure ?
o   La commission souhaite « léguer intact aux générations futures le site. » Ce qui est utopique sans le port. Le port est par principe une infrastructure durable dans le temps ! Il remodèle certes le site mais de façon durable pour ne pas dire définitive. 

      La faune et la flore :
o   La commission souligne « qu’une inconnue subsiste quant à la reconstitution et l’adaptation des espèces à un nouvel habitat, même si des mesures conservatoires ou compensatoires adaptées sont mises en place » Ceci est évident mais toutes ces mesures sont choisies par des organismes compétents et des personnes dont c’est le métier. On ne peut pas toujours critiquer le travail des spécialistes. Ces mesures sont très codifiées et habituelles dans tous les grands projets.
o   Le cas de l’archéologie en est un bon exemple. (sans le port on n’en parlerait pas !)
o   Les opposants qui préconisent une implantation à la Gachère ou la Sauzaie sont bien la preuve que le côté environnemental n’est qu’un sujet de polémique. Ce serait bien pire là-bas à cause de la zone classée Natura 2000.

      Les travaux :  Il engendreront le minimum de nuisances puisqu'ils seront stoppés en période estivale. De même, la circulation sera adaptée.

Le port sera le premier en France à être réalisé suivant la norme HQE. L’exploitation du port a été imaginée en tenant compte des normes environnementales les plus strictes, il sera certifié « port propre ».

Nous restons dans notre logique en vous démontrant la pertinence de ce projet de port ainsi que les erreurs et les contradictions de la commission. Le préfet ne pourra pas accepter cette enquête en analysant en profondeur les conclusions. 
                                    Mobilisons nous pour la grande manifestation du 4 février

mardi 24 janvier 2012

L'analyse des thèmes d'observation des conclusions sur l'enquête d'utilité publique

Nous avons analysé les 19 points des conclusions de l'enquête relative à l'utilité publique. Nous aurions pu nous attendre à ce que l'étude de la commission soit sérieuse étant donné les moyens, le temps et les personnes dédiés à ces enquêtes. Nous vous proposons quelques uns des 19 points. A vous de juger:



1.    Contenu du dossier : la commission regrette qu’il n’y ait pas de « plaquettes » avec carte, plan du port …. Alors que c’est elle qui a demandé aux services de la mairie de les retirer car jugées propagandaires ! Mais malgré ce manque imposé d’informations, 7 449 avis ont été prononcés.

Mise à l’eau actuelle des bateaux : « pratiquement toutes les personnes ayant fait des observations condamnent la présence des tracteurs » p.8 mais la commission juge que cette situation est volontairement entretenue et préconise une cale en béton armé. Ce qui est totalement inimaginable au regard de ce qui se passe à la Sauzaie (avec ici une cinquantaine de tracteurs). La commission souligne également dans l’enquête sur la création du port : « qu’il n’y a aucune observation défavorable sur ce thème » p.12. 


Aspect social et familial du site : la commission signale que « de nombreuses personnes ont critiqué l’idée de clientèle de qualité » p.8. En comptant, on en dénombre 13 soit 0,17 % sur 7449 avis. 


Insertion globale du projet dans l’environnement terrestre : la commission précise que « le projet d’un port … ne pourrait être qu’à La Normandelière. La partie terrestre où serait le bassin portuaire a été choisie sur l’ancien ruisseau de La Normandelière » p.10. Il s’agit donc bien d’un site naturel! Il faut préciser que des mesures compensatoires importantes sont prévues. Sur 80 ha, seuls 27 ha sont portuaires et les 53 autres sont des espaces verts périphériques. Seule la moitié de la zone humide (10 ha) est concernée. La commission admet que « ces mesures compensatoires concerneraient les milieux humides et aquatiques mais elles permettraient aussi d’atténuer les effets du projet sur la faune. » p.11.Mais de conclure, qu’elles semblent insuffisantes et ne reconstitueront en aucun cas le site actuel … ce qui est la définition même de travaux d’infrastructures !

La carrière du Bréthomé : La commission regrette « la non exploitation de la carrière qui aurait contribué à la diminution du coût » p.11. Or le coût du projet prend en compte la non exploitation de la carrière. Il en est de même pour « la non exploitation de la réserve d’eau » p.11. Selon Vendée eau, il n'y a pas à ce jour de réserve d'eau exploitable.

L'archéologie: La commission estime que "détruire une partie de ce site pourrait constituer un préjudice scientifique considérable". Elle rajoute qu'à lui seul, l'arrêté du préfet prescrivant un diagnostique archéologie préventif "neutralise le projet de création du port". La commission d'enquête méconnaît le principe même de l'archéologie préventive. De plus, les découvertes antérieures dans le secteur de la Parée concernaient l'estran. Enfin, rien ne permet d'affirmer la présence de vestige dans le périmètre du projet. Et si il y en avait, il serait normal d'arrêter temporairement le projet pour permettre ces fouilles.


Infrastructures d’accueil pour les plaisanciers : la commission reproche au maitre d’ouvrage sa volonté de ne pas urbaniser le site: « tout programme immobilier est écarté … ce qui procède d’une volonté délibérée du maitre d’ouvrage » p.13. Cet argument est en total contradiction avec ses critiques sur l’aspect environnemental ! La commission a tellement à cœur de dénigrer chaque aspect du projet, qu’elle en devient ridicule, allant jusqu’à suggérer la réalisation d’ « un golf et pourquoi pas d’un casino etc » p.14.

Aspects économiques du projet : il s’agit d’un paragraphe très important car la commission d’enquête confirme que « si toutes les conditions financières favorables à la réalisation du port étaient réunies, il serait réaliste de croire aux créations d’emplois et d’entreprises espérées, au développement économique de la commune » p.15. Nous avons vu dans un précédent articleque la commission avait commis de grossières erreurs sur l'analyse financière, notamment en comptant deux fois les annuités d'emprunt d'un montant de 1,97 millions d'euros dans un scénario financier très pessimiste. Le résultat d'exploitation étant en fait bénéficiaire, le développement économique de la commune est donc prouvé.




Nous n'avons évoqué que quelques aspects, nous vous laissons imaginer toutes les incohérences présentes dans ces conclusions. Notre action est bel et bien légitime. Et pour ceux qui disent que nous nous concentrons uniquement sur la critique des conclusions de la commission, ils ont parfaitement raison. C'est aujourd'hui notre principal objectif qui nous permettra d'obtenir du préfet une nouvelle enquête publique.
      
     Nous tenons à vous préciser qu'il n'y a pas de censure sur ce blog à condition que les commentaires ne comprennent pas d'insultes. Ainsi de nombreux commentaires d'opposants ont été supprimés, mais aussi de personnes favorables au port dont leurs commentaires visaient et attaquaient des personnes et non des idées. L'anonymat est accepté afin que tout le monde puisse exprimer ses idées sans en connaitre de conséquences. Ceci n'est plus possible sur le blog des opposants au port.



dimanche 22 janvier 2012

Notre action reveille les opposants

La Vigie (association des opposants au projet de port) est de retour. Elle qui pensait avoir déjà gagné, elle se félicitait et restait dans le silence car selon elle c'était fini. Face à notre action relayée par la presse, par notre blog et par les brétignollais et les vendéens dans la vie de tous les jours, la Vigie a organisé une conférence de presse pour défendre sa opposition. Nous nous félicitons de leur action car elle symbolise l'inquiétude des opposants au projet de port qui commencent à comprendre que le Préfet pourrait passer outre les conclusions de la commission ou demander une nouvelle enquête publique. En effet, pour chaque enquête, les conclusions de la commission sont contestables, aussi bien sur le fond que sur la forme.

Selon la Vigie: "rien ne permet d'affirmer que la majorité des Brétignollais est pour le port". Il est fort regrettable de relayer cette fausse information, nous avons déja démontré que la majorité des Brétignollais soutiennent ce projet. Que de désinformation! Elle est la preuve d'une inquiétude des opposants qui tentent de fausser le débat.

La Vigie continue en affirmant qu'il faut agir dans "respect de la législation". Mais démontrer que la commission a fourni des conclusion fausses, erronées qui ne rendent pas compte de la réalité des opinions et du projet, n'est ce pas cela agir dans le respect de la législation? Nous demandons seulement que le Préfet étudie en profondeur les conclusions et qu'il se rende compte qu'elle sont inexploitables. Nous voulons simplement que le projet soit étudié à sa juste valeur, avec les vrais chiffres, les vrais caractéristiques, n'est-ce pas normal?

Et enfin, l'association des opposants estime que "si l'avis était favorable pour la construction du port, on attaquerait au tribunal administratif". Les opposants s'affolent, et envisagent même un retournement de situation. Le projet de port serait-il finalement en bonne voie de se réaliser au point de faire sortir les opposants de leur silence?

Cela nous conforte dans notre action.
Alors rendez-vous à tout le monde le samedi 4 février aux Sables d'Olonne afin que la vérité soit enfin dévoilée.

vendredi 20 janvier 2012

Énorme erreur de la commission sur l'aspect financier

Comme vous pouvez le voir sur ce document qui représente la page 18 des conclusions relatives à l'utilité publique du projet, les commissaires enquêteurs ont commis une énorme erreur. Les conclusions sont remplies de fautes, d'attaques, de critiques non objectives, mais cette erreur là mérite d'être connue de tous. La commission a compté deux fois le remboursement d'emprunt d'un montant de 1,9 millions d'euros. Ainsi, en enlevant une fois ce montant (ce qui est normal, personne ne paie deux fois le remboursement de ses emprunts), alors le résultat d'exploitation devient positif. il n'est même pas besoin de parler de la capacité d'autofinancement de la commune puisque le bilan financier n'est pas négatif..
 Nous sommes avec ce tableau dans l'hypothèse la plus pessimiste de la commission, c'est à dire un projet à 45 millions d'euros (alors qu'il a été ramené à 33 millions) et avec une occupation des places à hauteur de 625, soit la moitié des pré-réservations qui ont été confirmées lors de l'enquête (1250 pré-réservations confirmées). Même avec cette hypothèse des plus pessimistes, la commune peut supporter un tel projet, et fera des bénéfices considérables permettant pas la suite la mise en place d'aménagements afin d'améliorer la qualité de vie des brétignollais. Dans une hypothèse plus réaliste (projet de 33 millions d'euros, remplissage à hauteurs de 1100 anneaux), alors ce projet devient très bénéfique pour la commune qui réalisera des bénéfices considérables.

Il est vraiment important de dire la vérité, et de démontrer, preuve à l'appui que la commission s'est trompée dans l'aspect financier du projet. Il faut ajouter que la prise en compte d'une supposée non rentabilité du projet a été l'un des éléments, si ce n'est l'élément, les plus importants pour la commission pour donner un avis défavorable au projet. Et cet avis défavorable a une conséquence très importante sur les avis des autres conclusions.

Par exemple, dans les conclusions de l'enquête parcellaire vous pouvez lire aux pages 9 et 10: "Dans un autre contexte, cette enquête présenterait toutes les caractéristiques pour obtenir l'avis favorable d'une commission d'enquête. Mais, la Commission d'enquête ayant émis un avis défavorable sur la Déclaration d'Utilité Publique du projet de création d'un port de plaisance à Brétignolles sur Mer. De ce fait, cette enquête ne peut plus trouver d'application et devient, donc, nulle et non avenue".

Il n'y a qu'à lire les conclusions pour s’apercevoir que les erreurs commises par la commission ont des incidences sur les avis des commissaires enquêteurs.

La presse parle de notre association


Les brétignollais s'expriment maintenant dans la presse pour défendre le projet de port. On ressent désormais un engouement de la population qui se sent enfin représentée. L'article évoque des vérités. En effet, la très grande majorité des brétignollais soutien ce projet. De plus, le rapport fait apparaître des erreurs tellement énormes qu'il est difficile de croire qu'elles n'ont pas été intentionnelles. Les brétignollais ne se sentent pas pris en considération, et par "les brétignollais", il faut bien sûr entendre la très grande majorité.La mobilisation est en marche partout en Vendée. Les citoyens entendent montrer les faiblesses des conclusions de cette commission d'enquête. Nous dévoilerons, documents à l'appui, les différentes erreurs, notamment financières qui ont grandement participé aux avis défavorables. Je vous invite à nous rejoindre dans la défense du port, ainsi qu'à vous exprimer sur vos ressentis.

PS: les commentaires représentant des attaques personnelles en direction des personnes soutenant le port ne sont pas acceptées ici, ils ne seront donc pas publiés. Ce blog a pour objectif d'expliquer le projet de port et permettre à chacun d'exposer ses arguments. Les attaques, qu'elles soient contre la personne de M. le Maire ou des responsables de notre association ne sont pas les bienvenues. Cela participe à désintéresser les brétignollais de ce débat passionnant. Parlons du fond, arrêtez vos critiques.

jeudi 19 janvier 2012

Une comparaison avec "Port Medoc" non prise en compte dans les conclusions


Nous recevons tellement de messages que nous avons décidé d'en publier quelques uns qui ne méritent pas d’apparaître qu'en simples commentaires car ils apportent des précisions sur le projet ou sur les conclusions des enquêtes publiques. Voici donc un texte intégral d'un des 3 courriers adressés au Président de la commission d'enquête en juillet 2001 par une personne soutenant le port. Je vous laisse comparer avec la page 20 des conclusions relatives à l'utilité publique.
 MN = mille nautique (1.852 km)
1 nœuds = 1MN/h


"Monsieur le Président de la commission d’enquête sur l’utilité publique du port de Brétignolles sur Mer,

Je suis pour la création du port de Brétignolles parce que ce projet possède un point fort qui participera à sa future rentabilité : sa situation géographique. Si on le compare à Port Médoc  qui a beaucoup de difficultés à devenir rentable on s’aperçoit que ,
Port Brétignolles est bien situé géographiquement :
·         Il est permet un accès à la Bretagne Sud et à la Charente et ouvre aux plaisanciers un vaste bassin de navigation aussi bien vers le sud que vers le nord , accessible aux bateaux à moteurs de différentes tailles et aux voiliers de toutes sortes.
·         Au sud il permet facilement d’atteindre Port Olona  situé à environ 10 MN (2 heures de navigation à 5 nœuds), port Bourgenay à 16 MN puis l’ ile de Ré à 20MN, l’ile d’Oléron et la Rochelle
·         Au Nord, il permet d’atteindre Saint Gilles Croix de Vie situé à 5.5MN, Port Joinville à 20MN puis L’Herbaudiére et d’accéder ainsi , en croisière côtière ,  à la Bretagne sud dotée de nombreux ports ou mouillages: il est facile , même pour un voilier pas très rapide , de faire un aller retour à l’ile d’Yeu sur un Weekend.
·         La navigation s’effectue de plus dans des conditions très favorables : la zone de navigation entre Les Sables et Saint Gilles est la zone où les courants marins sont les plus faibles de toute la cote entre Royan et Saint Nazaire (voir Bloc Marine : chapitre Courants) . Il est facile de naviguer dans cette zone, en comparaison avec la Bretagne Nord , grâce à l’absence des dangers que représente les têtes de roches bien plus nombreuses au nord de la Loire et encore plus nombreuses quand on a franchi le Raz de Sein.

Port Médoc est mal situé géographiquement:
·         Quand on veut simplement sortir en mer en partant de port Médoc, il faut parcourir , dans des chenaux balisés , 11MN pour être à la bouée d’eau saine sud et 21 MN pour atteindre la bouée d’eau saine nord soit respectivement 2 heures et 4 heures de navigation avec un voilier à  une vitesse de 5 Nœuds, soit 4 et 8 heures de navigation au total pour revenir au port.
·         Au sud : l’abri le plus proche se situe à plus de 60 MN soit prés de 12 heures de navigation pour un voilier avec le risque de ne pas pouvoir pénétrer dans le bassin d’Arcachon , dont les passes sont dangereuses. Dans ces conditions , il faut soit faire demi tour , soit descendre à Cap Breton qui est à plus de 60MN, soit attendre au large des conditions meilleures . Il s’agit de croisière hauturière dans le golf de Gascogne inaccessible à la majorité des bateaux de plaisance. J’ai effectué cette navigation et je peux dire qu’on croise très peu de bateaux dans ces parages.
·         Au nord la navigation n’est pas beaucoup plus aisée : pour atteindre le premier mouillage de l’ile d’Aix , à condition de pouvoir passer par le pertuis de Maumusson qui est généralement déconseillé à la navigation, il faut parcourir 40MN. Pour accéder au premier port à flot de St Denis d’Oléron il faut parcourir prés de 48 MN soit prés de 10 heures de navigation. Ce sont de longues navigations , à l’échelle de la majorité des  plaisanciers , inaccessibles à la plupart des petits bateaux à moteurs ou à voiles : la sur-médiatisation et la banalisation des exploits que réalisent les professionnels de la course au large ne doivent pas fausser la perception de la navigation de plaisance . En comparant avec le milieu automobile il existe un même écart ,  qu’entre le monde de la formule 1 et ses pilotes et le conducteur d’une voiture de série.
·         Le seul port accessible est le port de Royan au nord de l’estuaire mais qui ne rapproche pas de destinations plus accessibles :  les plus petits bateaux et les voiliers mouillés à port Médoc ne peuvent pas faire grand-chose à part des ronds dans l’eau dans un estuaire soumis à d’importants courants . C’est pourquoi je n’ai jamais demandé à avoir une place à port Médoc.
Ces conditions très contraignantes, et la distance de prés de 100kms avec Bordeaux suffisent à expliquer  pourquoi le lancement de port Médoc n’a pas été facile et que le remplissage du port est toujours incomplet. Les seuls bateaux intéressés par ce port sont de puissantes unités à moteur qui peuvent se déplacer très rapidement (30 à 45 nœuds) , mais qui représentent quelques pourcents  de la flotte des bateaux de plaisance en France et qui sont principalement représentatifs de la plaisance méditerranéenne.
En comparant la situation de ces deux emplacements,  Brétignolles et Port Médoc , il devient facile de comprendre pourquoi la liste d’attente de port Brétignolles totalise déjà plus de 1800 noms de propriétaires qui garantissent très certainement  la rentabilité du projet de port, alors que Port Médoc , après 7 ans de fonctionnement , peine à équilibrer ses comptes et à se remplir totalement. La politique ayant conduit les gestionnaires du port à mettre en place des tarifs exorbitants s’explique en grande partie par la tentative de compenser de cette façon les difficultés liées à une implantation géographique aventureuse.  Pour être resté bloqué à port Médoc pendant plusieurs jour à cause du mauvais temps , en descendant au pays Basque, je peux ajouter que ce port est situé loin de tout et que sans un effort pour le rendre plus attrayant et plus vivant la gestion risque d’être encore compliquée pour un bon moment.
Je vous prie d’agréer , Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués et je suis à votre disposition pour tout renseignement complémentaire que vous jugerez utile."

En allant voir à cette page 20 dans la section "comparaison avec "Port Medoc"", il n'est pas retranscrit, à aucun endroit que ce soit, des arguments positifs concernant le port de Brétignolles, mais uniquement des similitudes entre les 2 ports. Nous vous laissons en juger par vous même: http://modules.vendee.pref.gouv.fr/enquetes_publiques/fichiers/enq297_Conclusion_DUP.pdf

Une analyse de l'utilisation des champs lexicaux par les commissaires enqêteurs


Nous avons reçu un message très intéressant d'une personne ayant analysé l'utilisation des champs lexicaux par les commissaires enquêteurs dans la rédaction des 7 enquêtes publiques. Son constat est clair. Il y a eu un parti pris volontaire par l'utilisation d'un vocabulaire spécifique afin d'influencer les lecteurs des conclusions et de donner une plus grande importance aux avis contre le projet, ce qui revient à minimiser les avis favorables. Ce qui est vraiment intéressant ici est que cette personne ne se positionne pas pour ou contre le projet de port, mais analyse seulement l'écriture. Bonne lecture:

"Mon point de vue sur la création d’un port est sans rapport avec le commentaire que je vous soumets : après plusieurs lectures des différentes enquêtes, il m’est apparu que l’utilisation, volontaire ou non, des champs lexicaux était très différente d’un passage à l’autre des rapports : d’un registre neutre, voire technique lorsqu’il s’agit de caractériser le point de vue des partisans, ce champ devient émotionnel, voire dramatisant lorsqu’il s’agit d’argumenter contre : des mots très forts, voire dramatisants sont utilisés tels que amputation, massacre, horreur… Une liste en est même proposée dans un des rapports ! La recopie d’un poème est un autre exemple et on peut se demander quel en est l’utilité ou l’intérêt. Ayant travaillé récemment avec une université sur l’utilisation des champs lexicaux dans les discours institutionnels, je connais l’importance de ceux-ci dans l’influence qu’ils peuvent avoir auprès des lecteurs. Que l’on soit pour ou contre, la dissonance est réelle."

mercredi 18 janvier 2012

Les arguments des personnes favorables au projet n'ont pas tous été pris en compte par la commission!

Nous recevons en ce moment même des messages de colère de beaucoup de Bretignollais. En effet, comme la majorité d'entre nous, ils ont émis des avis favorables à ce projet de port. Ils ont même argumenté leurs avis, parfois de manière très détaillée. Or ces personnes, en voulant regarder la retranscription de leurs commentaires, se sont rendu compte que leurs avis ont bien été pris en compte, mais que l'argumentaire quant-à lui n'existait pas. A contrario, tous les arguments des opposants ont été pris en compte, détaillés, mis en valeur aussi par des "de nombreuses observations... beaucoup d'observations...de très nombreuses personnes..." pour des enquêtes ayant reçu quelques dizaines ou centaines d'avis. Cependant ce vocabulaire n'est pas employé pour l'enquête d'utilité publique pour les avis favorables au projet (5607 avis favorables). Les arguments des personnes favorables seraient alors uniquement: "les observations favorables faites sur ce thème sous-estiment... relativisent ...". La commission a délibérément mis en valeur les arguments contre le port, et sous-estimé voir oublié (est-ce volontaire?) les arguments en faveur du port. Certaines personnes nous ont fait remarquer qu'elles ont été comptabilisés comme étant contre le projet alors qu'elles s'étaient exprimées en faveur de ce projet. Le parti pris de la commission est donc ici très clair, mais jusqu'où cette commission est allée dans le dénigrement des avis des brétignollais??

lundi 16 janvier 2012

Appel à la manifestation le 4 février pour défendre le port de Brétignolles


Nous vous invitons à participer à nos cotés à la manifestation du 4 février, à 10h sur le parking de port Olona. Nous accompagnerons à la Sous-préfecture des Sables d'Olonne le conseil municipal de Brétignolles sur mer pour le dépôt d'une délibération demandant l'ouverture d'une nouvelle enquête d'utilité publique.
Vous pouvez vous inscrire auprès de la mairie de Brétignolles sur mer au 02 51 22 46 00. Des bus et du co-voiturage seront organisés afin de permettre à tous ceux qui le veulent de participer à cet évènement majeur dans la défense du port de Brétignolles.

dimanche 15 janvier 2012

Création de l’association Brétignolles Veut Son Port

Suite aux conclusions de la commission d’enquête sur le projet de port de Brétignolles sur Mer concluant à un avis défavorable pour chacune des 7 enquêtes publiques, nous voulons exprimer notre sentiment de ne pas avoir été pris en considération.
Nous avons donc créé l’association «  Brétignolles veut son port » afin de nous engager dans la défense du projet de port et mettre en œuvre tous les moyens nécessaires à sa réalisation en rassemblant le plus largement les personnes qui soutiennent ce projet.  En effet, au bout de dix ans de travail, les brétignollais ont abouti à un projet exemplaire, y compris du point de vue environnemental. L’avancée de ce projet s’est faite avec le concours de l’Etat ainsi que dans le respect de toutes les procédures.
Les brétignollais ont été àmenés à donner leurs avis sur ce projet à de nombreuses reprises, aboutissant à chaque fois à un fort soutien à ce projet de port:
En 2003, une consultation a recueilli 67% des voix
En 2008, les 23 sièges au conseil municipal furent remportés par les membres de la liste menée par l'actuel Maire de Brétignolles sur Mer. Un de ses deux axes de campagnes était notamment ce projet de port. 
Lors de l'enquête publique, les habitants de Brétignolles ont pu s'exprimer : sur l’ensemble des 7 enquêtes, plus de 61% ont émis un avis favorable. Si l’on prend en compte la seule enquête sur l’utilité publique(la plus importante pour les habitants), ce n’est pas moins de 75,27% d’avis qui ont été favorables sur les 7449 avis.
Il est clair que l'avis des Brétignollais n'a pas du tout été pris en compte par la commission qui s'est appuyée presque uniquement sur les avis défavorables ainsi que sur quelques études, oubliant de prendre en considération l'opinion de la grande majorité des habitants, ainsi que le concours de l'Etat tout au long du projet.
Nous avons décidé de nous mobiliser afin d'obtenir du préfet une nouvelle enquête publique. Nous vous appelons d'ores et dejà à nous rejoindre lors de la manifestation du 4 février au cours de laquelle nous accompagnerons à la sous préfecture des Sables d’Olonne le conseil municipal de Brétignolles sur mer lors de son dépôt d’une délibération demandant l’ouverture d’une nouvelle enquête d’utilité publique. Vous pouvez dès maintenant vous inscrire auprès de la mairie de Brétignolles sur mer.

Brétignolles veut son port et se mobilise !