Nombre total de pages vues

vendredi 23 mars 2012

Comment le coût du projet est passé de 45 à 33 millions d’euros ?


L’approche financière du dossier soumis à enquête publique repose initialement sur l’estimatif produit par le maître d’œuvre du projet (le BET, BRL), soit 45 millions d’euros.
Pour connaître de manière plus précise le coût des travaux avant l’enquête publique, le Conseil municipal a souhaité dès juillet 2010 procéder à la consultation des entreprises sur la base d’un appel d’offres ouvert. Un avis d’appel public à la concurrence a été publié les 5 et 6 novembre 2010.
Le résultat de ce premier appel d’offres est le suivant: pour les lots 2, 3 et 4, les offres retenues sont toutes inférieures à l’estimatif du maître d’œuvre.

Lot
Estimation du lot
Après appel d’Offre

2 .voirie et réseaux divers 
4 168 470,04 €
3 193 931,65 €
Société élary
3. Equipements portuaires

3 142 561 €
2 917 660, 00 € (options comprises)
Société PORALU
4. Espaces verts

1 721 949,82 €
1 207 891,99 €
ISS-Littoral vert-Cajev 

Sur les 4 lots, la commission d’appel d’offres a déclaré en mars 2011 l’appel d’offre infructueux pour le lot n° 1 et a donc décidé de recourir à une procédure négociée pour ce seul lot, conformément à l’article 35-1-1 du code des Marchés Publics.
Dans ce cadre, un courrier a été envoyé à toutes les  entreprises ayant déposé une offre lors de la procédure d’appel d’offres (Merceron ; Vinci construction ; DTP Terrassement, Hélary,  Razel Terrassement, Marc SA) sur la base du même cahier des clauses techniques particulières. Il a été précisé à chaque entreprise l’étendue de la négociation. Une réponse a été demandée pour le 15 avril 2011 avec des offres sous plis cachetés.
5 offres ont été reçues, dont 2 hors délai (Vinci Construction et Marc SA) plus un désistement (Razel Terrassement), laissant encore 3 offres en courses.
Entre avril et mai 2011, chaque candidat a pu présenter son projet lors d’entretiens devant un jury. Les compte-rendus des entretiens ont été soumis à chaque groupement pour y apporter des correctifs. Au terme de cette dernière étape, les 3 entreprises ont réuni les documents apportant les réponses utiles aux questions non posées en séances accompagnés de tous les documents utiles valant offre définitive.
La Commission d’Appel d’offre, le 25 mai 2011, a décidé de retenir pour le lot 1 l’offre de Merceron pour 21.600.090,02€HT options comprises (l’estimation du lot atteignait 29 874 757,80 €).
Cette décision a été entérinée par le Conseil municipal. Pour plus d’information vous pouvez consulter la délibération de la séance du Conseil municipal du 8 juin 2011.
Il n’y a donc jamais eu de « négociation exclusive entre Christophe Chabot et le groupe Merceron » comme ont pu l’indiquer les opposants.
Toutes les informations relatives à cette consultation et à la négociation qui en découle, non protégées par la propriété intellectuelle, sont publiques et peuvent donc être demandées en Mairie.
Il est donc très facile de vérifier toutes ces informations. Les opposants auraient d’ailleurs, s’ils en avaient la volonté, pu vérifier cela au lieu de dire « qu’il y a eu des pressions exercées par le Maire sur l’entreprise Merceron ». Beaucoup d’informations sont ainsi cachées par les opposants en ne reprenant que certaines informations ou en déformant la vérité, au risque de tomber dans la diffamation.
Ainsi, la diminution du coût du projet de port (de 45 à 33 millions) s’est faite selon une procédure légale, stricte et vérifiable. Un seul lot a fait l’objet d’une négociation avec plusieurs groupements, les autres lots ayant connu un appel d’offres fructueux. Le coût du projet n’atteindra donc pas « 60 millions » (nombre avancé par l’opposition sans aucune justification) mais seulement 33 millions d’euros.

Sur les 4 lots, la commission d’appel d’offres a déclaré en mars 2011 l’appel d’offre infructueux pour le lot n° 1 et a donc décidé de recourir à une procédure négociée pour ce seul lot, conformément à l’article 35-1-1 du code des Marchés Publics.
Dans ce cadre, un courrier a été envoyé à toutes les  entreprises ayant déposé une offre lors de la procédure d’appel d’offres (Merceron ; Vinci construction ; DTP Terrassement, Hélary,  Razel Terrassement, Marc SA) sur la base du même cahier des clauses techniques particulières. Il a été précisé à chaque entreprise l’étendue de la négociation. Une réponse a été demandée pour le 15 avril 2011 avec des offres sous plis cachetés.
5 offres ont été reçues, dont 2 hors délai (Vinci Construction et Marc SA) plus un désistement (Razel Terrassement), laissant encore 3 offres en courses.
Entre avril et mai 2011, chaque candidat a pu présenter son projet lors d’entretiens devant un jury. Les compte-rendus des entretiens ont été soumis à chaque groupement pour y apporter des correctifs. Au terme de cette dernière étape, les 3 entreprises ont réuni les documents apportant les réponses utiles aux questions non posées en séances accompagnés de tous les documents utiles valant offre définitive.
La Commission d’Appel d’offre, le 25 mai 2011, a décidé de retenir pour le lot 1 l’offre de Merceron pour 21.600.090,02€HT options comprises (l’estimation du lot atteignait 29 874 757,80 €).
Cette décision a été entérinée par le Conseil municipal. Pour plus d’information vous pouvez consulter la délibération de la séance du Conseil municipal du 8 juin 2011.
Il n’y a donc jamais eu de « négociation exclusive entre Christophe Chabot et le groupe Merceron » comme ont pu l’indiquer les opposants.
Toutes les informations relatives à cette consultation et à la négociation qui en découle, non protégées par la propriété intellectuelle, sont publiques et peuvent donc être demandées en Mairie.
Il est donc très facile de vérifier toutes ces informations. Les opposants auraient d’ailleurs, s’ils en avaient la volonté, pu vérifier cela au lieu de dire « qu’il y a eu des pressions exercées par le Maire sur l’entreprise Merceron ». Beaucoup d’informations sont ainsi cachées par les opposants en ne reprenant que certaines informations ou en déformant la vérité, au risque de tomber dans la diffamation.
Ainsi, la diminution du coût du projet de port (de 45 à 33 millions) s’est faite selon une procédure légale, stricte et vérifiable. Un seul lot a fait l’objet d’une négociation avec plusieurs groupements, les autres lots ayant connu un appel d’offres fructueux. Le coût du projet n’atteindra donc pas « 60 millions » (nombre avancé par l’opposition sans aucune justification) mais seulement 33 millions d’euros.

mercredi 21 mars 2012

Le Port de Brétignolles visionnaire face aux changements climatiques

Hervé Le Bouler, Directeur de la pépinière forestière de l'Etat à Guéméné-Penfao (44), Conservatoire National de la Biodiversité Forestière (CNBF), est intervenu lors d'une conférence-débat sur le thème du réchauffement climatique en Vendée et ses impacts dans l'avenir.

Ainsi il a été dit que la température pourrait s'élever de 2 à 4° d'ici 2080 mettant le climat vendéen au niveau de celui de Toulon. Le niveau de la mer pourrait augmenter de 40 cm (et non de 1m) d'ici la fin du siècle, mais, comme indiqué lors de cette conférence, cela reste seulement une hypothèse.

Mais il est certain que l'augmentation du niveau de la mer aurait des conséquences moindres que celle provoquées par la tempête Xynthia (qui reste un phénomène exceptionnel) en terme d’inondation. Nous avons déjà apporté la preuve que le port de Brétignolles n'aurait aucune incidence sur la sécurité de la commune en cas de tempête de type Xynthia. Le port n'aurait pas été endommagé, et la ville n'aurait pas été inondée.

Dans l'hypothèse d'une augmentation du niveau de la mer, le port de Bretignolles rentrera donc dans cette vision à long terme de protection et de sécurité face au réchauffement climatique. D'autres ports (les Sables d'Olonne,Saint Gilles Croix de Vie) n'auraient sans doute pas la même chance que le port de Brétignolles.

C'est en effet un projet comme celui du port qui peut prendre parfaitement en compte les évolutions du réchauffement climatique, en mettant en place des structures destinées à durer des siècles et à survivre à des changements climatiques, sans mettre en danger la Commune.


lundi 12 mars 2012

La lettre de la Vigie essaie d'induire en erreur les brétignollais !


Il parait que la Vigie était dans le bureau de M. le Préfet de la Vendée lors de sa réunion avec M. le Maire. Elle aurait aussi été présente lors de la rencontre avec Madame la Sous-préfète. En effet, il parait que M. le préfet de la Vendée "a annoncé au maire que son projet ne pouvait se réaliser", et qu'il a "confirmé son refus du projet" à la Vigie. De même la Sous-préfète nous aurait annoncé lors de notre rencontre aux Sables d'Olonne le jour même de la manifestation, que "le projet n'aboutirait pas". Nous n'avons pas dû entendre les même mots. En tout cas, comment faire dire des mots à des personnalités représentant l'Etat dans le département, sans connaitre la teneur de ces rencontres, s'en y avoir participé? Il y a ici un dénigrement total de l'Etat représenté par M. le Préfet et Madame la Sous-préfète. Les représentants de l'État ont seulement annoncé à notre association ainsi qu'à la Mairie que pour avoir une nouvelle enquête publique, il fallait présenter un nouveau projet. En effet, du point de vue juridique, une nouvelle enquête publique sur un même projet est impossible. Le préfet nous a donc annoncé que si nous mettions en place un nouveau projet, alors l'ancien sera annulé, et par conséquent il n'aurait pas à se prononcer dessus. On est bien loin du refus du projet par les autorités de l'État.

La manifestation, organisée par l'association Brétignolles veut son Port, et non par la Mairie, aurait été "un forcing médiatique pour organiser une grande publicité autour de la manifestation". Dire que la manifestation a été une réussite que ce soit en terme de mobilisation, d'organisation, d'intérêt de la population aurait été plus approprié que le mot "forcing". Les médias sont venus afin de couvrir un évènement majeur dans la défense du port de Brétignolles. N'oublions pas que la Vigie avait réussi son "forcing médiatique" en réunissant quelques dizaines de personnes. Pourquoi alors reprocher à la presse de s'intéresser à une manifestation dont les journalistes et les organisateurs s'accordent à établir un nombre de participants autour des 2000 (c'est-à-dire plus de 1900 manifestants de plus qu'à la manifestation organisée par la Vigie en plein été). Il n'y a qu'à regarder les photos pour se rendre compte de l'importance de la mobilisation
De même le maire aurait « été sourd à la position de la plus haute autorité de l’Etat dans le département » et aurait organisé une manifestation. L’organisation a été gérée, nous vous le rappelons, par notre association. Elle était prévue depuis début janvier, donc bien avant la première rencontre avec le Préfet de la Vendée. La manifestation n’a pas été abandonnée tout simplement parce que le préfet n’a jamais dit qu’il n’y aura jamais de port, mais seulement qu’il n’y aura pas de nouvelle enquête publique sur le même projet, ce qui est juridiquement incontestable.

Mais un nouveau projet peut être présenté s’il est substantiellement modifié, c’est ce que la mairie de Brétignolles est en train de faire en ce moment. 

vendredi 9 mars 2012

Manifestation du 4 février 2012 - Soutien au projet de Port de Brétignolles sur Mer

La Mairie de Brétignolles sur Mer a mis en ligne la vidéo de la manifestation du 4 Février 2012 aux Sables d'Olonne. Elle démontre bien le succès de cette mobilisation avec environ 2000 manifestants.


Manifestation du 4 février 2012 - Soutien au... par villebretignollessurmer

mercredi 7 mars 2012

Petit rappel de la légitimité de l'équipe municipale

Lors de l'élection municipale de 2008, la liste "Réussir Brétignolles-sur-mer" était la seule à porter le projet de port.
Les opposants actuels étaient déjà connus : certains ont eu le courage d'affronter les urnes, d'autres n'ont pas osé le faire. Ces opposants ont préféré rester soit dans l'opposition sans représentation légitime soit rester dans l'ombre ce qui est pire !


Le rappel des résultats de l'élection est juste destiné à réaffirmer la légitimité des études menées puisque voulues par la majorité des Brétignollais ! (Une fois de plus).

lundi 5 mars 2012

Des remarques concernant la lettre de la Vigie !

Quelle n'a pas été notre surprise en lisant la lettre d'information de la Vigie en date du 23 février 2012.
Nous voulons revenir sur certains points très importants qui ont été écrit dans le but de discréditer M. le Maire et le projet de port. Certaines informations sont en effet totalement imaginées, sorties de leur contexte, dénuées de tout sens, non vérifiées, ou incomplètes... Ceci participe grandement à la désinformation des citoyens.

La ville de Brétignolles sur Mer s'est toujours appuyée sur un principe: agir dans l'intérêt des Brétignollais, et agir avec un mandat de leur part. Il faut rappeler ici que le programme électoral de 2001 prévoyait une consultation avant toute étude sur le projet de port. Ainsi, le succès de cette consultation, la victoire de la même équipe municipale en 2008 avec comme axe majeur ce projet de port, ainsi que les nombreuses réunions publiques, présentations du projet, des maquettes, et enfin les avis majoritairement  favorables durant l'enquête publique, confirment bien le mandat donné par les Brétignollais à la Municipalité actuelle. C'est dans ce sens qu'oeuvre aujourd'hui l'équipe municipale.

Concernant les plaintes actuelles, la Vigie a oublié de mentionner que le président de la Commission d'enquête a accusé M. le Maire de corruption, allégation extrêmement grave, qui peut être définit comme l'ensemble des moyens utilisés pour soudoyer quelqu'un. Il appartiendra à M. Pipet de prouver la véracité de ces propos. Nous avons eu la confirmation auprès de M. le Maire qu'une telle pratique n'a jamais eu lieu dans la commune. Tout le monde se souvient de l'état d'esprit de M. le Maire pendant l'enquête publique, il était confiant, pourquoi alors tenter de corrompre le président? M. Pipet a la charge de la preuve, nous sommes impatients de connaitre la suite pour enfin dévoiler la vérité sur cette histoire.

La Vigie annonce un montant de dépense d'environ 3,6 millions d'euros. Nous aimerions bien avoir les informations de la Vigie car même la Mairie ne dispose pas de ces informations qui permettent d'arriver à une telle somme. En effet les dépenses pour le projet de port jusqu'à présent n'atteignent pas 3,6 millions d'euros. Encore une tentative de marquer les esprits pour inciter à rejeter ce projet. Le coût est largement moindre, mais la Vigie, dans la continuité de la Commission d'enquête (avec son erreur de 1,9 millions d'euros dans son analyse financière du projet) n'est pas à quelques millions près pour induire en erreur les Brétignollais. La Mairie va d'ailleurs, comme elle l'a promis, annoncer le coût réel des dépenses très prochainement. Elle reste ainsi dans sa logique de clarté et de transmission de l'information au public, logique qui a toujours été sa ligne conductrice depuis 2001.